crise environnementale

Un groupe de chercheurs, dirigé par un scientifique de l’UNSW spécialisé dans le développement durable, a passé en revue les discussions universitaires existantes sur le lien entre la richesse, l’économie et les impacts associés, pour arriver à une conclusion claire : la technologie ne nous mènera pas loin dans la voie du développement durable – nous avons besoin de changements profonds dans notre mode de vie et de paradigmes économiques différents.

Dans leur étude, publiée dans Nature Communications et intitulée « Scientists’ Warning on Affluence », les chercheurs ont résumé les preuves disponibles, en identifiant les solutions possibles.

« Les récentes mises en garde des scientifiques ont fait un excellent travail de description des nombreux périls auxquels notre monde naturel est confronté en raison des crises du climat, de la biodiversité et des systèmes alimentaires, pour n’en citer que quelques-uns », déclare l’auteur principal, le professeur Tommy Wiedmann de l’UNSW Engineering.

« Cependant, aucun de ces avertissements n’a explicitement pris en compte le rôle des économies axées sur la croissance et la recherche de l’abondance. Dans l’avertissement de nos scientifiques, nous identifions les forces sous-jacentes de la surconsommation et énonçons les mesures nécessaires pour s’attaquer à l’écrasante « puissance » de la consommation et au paradigme de la croissance économique – c’est le vide que nous comblons.

Évolution relative des principaux indicateurs économiques et environnementaux mondiaux de 1970 à 2017.

L’illustration montre comment l’empreinte matérielle mondiale (MF, égale à l’extraction mondiale de matières premières) et les émissions mondiales de CO2 dues à la combustion de combustibles fossiles et aux processus industriels (CO2 FFI) ont changés par rapport au PIB mondial (USD 2010 constant). Indexé à 1 en 1990.

Sources de données : https://www.resourcepanel.org/global-material-flows-database, http://www.globalcarbonatlas.org et https://data.worldbank.org.

« La principale conclusion de notre étude est que nous ne pouvons pas compter uniquement sur la technologie pour résoudre les problèmes environnementaux existentiels – comme le changement climatique, la perte de biodiversité et la pollution – mais que nous devons également changer nos modes de vie riches et réduire la surconsommation, en combinaison avec les changements structurels ».

Au cours des 40 dernières années, la croissance de la richesse mondiale n’a cessé de dépasser tout gain d’efficacité.

« La technologie peut nous aider à consommer plus efficacement, c’est-à-dire à économiser l’énergie et les ressources, mais ces améliorations technologiques ne peuvent pas suivre le rythme de nos niveaux de consommation toujours croissants », déclare le professeur Wiedmann.

Réduire la surconsommation dans les pays les plus riches du monde

Selon Julia Steinberger, co-auteur et professeur d’économie écologique à l’université de Leeds, la richesse est souvent présentée comme une chose à laquelle on peut aspirer.

« Mais notre article a montré qu’elle est en fait dangereuse et qu’elle conduit à une destruction à l’échelle planétaire. Pour nous protéger de l’aggravation de la crise climatique, nous devons réduire les inégalités et remettre en question la notion selon laquelle les richesses, et ceux qui les possèdent, sont intrinsèquement bons ».

En fait, les chercheurs affirment que les citoyens riches du monde sont responsables de la plupart des impacts environnementaux et sont au cœur de toute perspective future de repli vers des conditions plus sûres.

« La consommation des ménages aisés dans le monde entier est de loin le facteur le plus déterminant – et le plus rapide – de l’augmentation des impacts environnementaux et sociaux mondiaux », déclare le co-auteur Lorenz Keysser de l’ETH Zurich.

« Les discussions actuelles sur la manière de traiter les crises écologiques au sein de la science, de la politique et des mouvements sociaux doivent reconnaître la responsabilité des plus riches dans ces crises ».

Les chercheurs affirment que la surconsommation et l’affluence doivent être abordées par le biais de changements de mode de vie.

« Ce n’est presque jamais reconnu, mais toute transition vers la durabilité ne peut être efficace que si les avancées technologiques sont complétées par des changements de mode de vie de grande envergure », déclare le co-auteur Manfred Lenzen, professeur de recherche sur la durabilité à l’université de Sydney.

« On me demande souvent d’expliquer cette question lors de réunions sociales. Habituellement, je dis que ce que nous voyons ou associons à nos problèmes environnementaux actuels (voitures, électricité, avions) n’est que la pointe de notre iceberg personnel. Ce sont toutes les choses que nous consommons et la destruction de l’environnement qu’elles incarnent qui forment la partie immergée de l’iceberg. Malheureusement, une fois que nous avons compris cela, les implications pour notre mode de vie sont souvent si confrontées que le déni s’installe ».

L’espace de soutenabilité et de justice sociale pour l’humanité.

Les modes de vie durables se situent entre une limite supérieure d’utilisation des ressources (« plafond environnemental ») et une limite inférieure d’utilisation nécessaire des ressources environnementales (« fondement social »).

Aucun niveau de croissance n’est durable

Cependant, les scientifiques affirment que la responsabilité du changement ne repose pas uniquement sur les individus – des changements structurels plus larges sont nécessaires.

« Les tentatives des individus de changer de mode de vie peuvent être vouées à l’échec, parce que les sociétés, les économies et les cultures existantes encouragent l’expansion de la consommation », déclare le professeur Wiedmann.

Un changement des paradigmes économiques est donc indispensable.

« L’impératif structurel de croissance dans des économies de marché compétitives conduit les décideurs à se voir contraints de soutenir la croissance économique et d’empêcher les changements sociétaux nécessaires », déclare le professeur Wiedmann.

« Nous devons donc sortir de notre obsession de la croissance économique – nous devons vraiment commencer à gérer nos économies de manière à protéger notre climat et nos ressources naturelles, même si cela signifie une croissance moindre, nulle ou même négative.

« En Australie, cette discussion n’a pas lieu du tout – la croissance économique est le seul et unique mantra prêché par les deux principaux partis politiques. En Nouvelle-Zélande, la situation est très différente : le budget de bien-être 2019 est un exemple de la manière dont les investissements publics peuvent être orientés dans une direction plus durable, en transformant l’économie plutôt qu’en la faisant croître ».

Les chercheurs affirment que la « croissance verte » ou la « croissance durable » est un mythe.

« Tant qu’il y aura de la croissance – tant économique que démographique – la technologie ne pourra pas suivre le rythme de l’augmentation des impacts négatifs sur l’environnement », déclare le professeur Wiedmann.

Une façon de faire respecter ces changements de mode de vie pourrait être de réduire la surconsommation des super-riches, par exemple par des politiques fiscales.

« Les partisans de la décroissance vont un peu plus loin et suggèrent un changement social plus radical qui éloigne le capitalisme vers d’autres formes de gouvernance économique et sociale », déclare le professeur Wiedmann.

« Les politiques peuvent inclure, par exemple, des éco-taxes, des investissements verts, une redistribution des richesses par le biais de la fiscalité et un revenu maximum, un revenu de base garanti et une réduction du temps de travail ».

Modéliser un avenir alternatif

L’équipe du professeur Wiedmann veut maintenant modéliser des scénarios pour des transformations durables, c’est-à-dire explorer différentes voies de développement avec un modèle informatique pour voir ce que nous devons faire pour obtenir le meilleur résultat possible.

« Nous avons déjà commencer à le faire avec une recherche récente qui a montré qu’une Australie plus juste, plus verte et plus prospère est possible – tant que les dirigeants politiques ne se concentrent pas uniquement sur la croissance économique.

« Nous espérons que cette étude montre une perspective différente sur ce qui importe et nous aide à surmonter des opinions profondément ancrées sur la façon dont les humains doivent dominer la nature et sur la façon dont nos économies doivent croître toujours plus. Nous ne pouvons pas continuer à nous comporter comme si nous disposions d’une planète de rechange ».

Lien vers l’étude : https://www.nature.com/articles/s41467-020-16941-y

Article original publié sur phys.org.

Les prescriptions au niveau politique et économique sont l’opinion de l’auteur de l’étude et non pas celles de l’ONG Ex Naturae.

Pour aller plus loin, d’autres études démontrent la même impossibilité de croissance exponentielle : https://www.vice.com/fr/article/qj4z9p/la-croissance-verte-est-un-mythe

https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/09644016.2020.1783951?journalCode=fenp20

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1462901120304342?dgcid=coauthor

2 Commentaires
  1. […] Ex naturae – La surconsommation et l’économie de croissance sont les principaux moteurs des crises environneme… […]

  2. […] croissance n’est durable (39), on le sait depuis le rapport Meadows de 1972 (40). Ceux qui nous asservissent détruisent et nous […]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

CC BY-NC-ND 2.0 / 2019-2021 Ex Naturae ONG

Nous contacter

Votre message.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

%d blogueurs aiment cette page :